Marque Bretagne

Marchiori, roi du sprint

24/09/2021

Il est des jours où l'on se dit que tout peut se passer. C'est exactement l'état d'esprit du peloton avant ce départ matinal de Châteaubriant. Il faudra parcourir 217 kilomètres pour rejoindre Boisgervilly. Entre-temps, le déroulement de l'étape est encore à écrire. Et il peut tout à fait ressembler à une partie de poker...menteur.

48 kilomètres sont parcourus dans la première heure de course, pas moins. Les attaques, nombreuses, se succèdent inlassablement. Les prétendants à l'escapade se disent qu'il s'agit peut-être encore d'une occasion à ne pas laisser passer, tant le peloton a du mal à contrôler les échappés depuis le début de ce Tour de Bretagne. Une heure de course, c'est à peu près le temps qu'il faut pour qu'un groupe sérieux prenne les devants. Il y a par exemple Leo Hayter (Team DSM), vainqueur à Rosporden, Leonardo Marchiori (Androni) dont on reparlera, Elmar Reinders (Riwal), le vainqueur d'hier. Bref un groupe de costaud pris en chasse par les néozélandais de Blackspoke qui ramènent un semblant d'ordre avant de se laisser déborder. C'est alors qu'un gros groupe d'une petite vingtaine de coureurs arrive à s'extirper durablement.

Il y a tant à jouer sur cette longue étape que l'on y retrouve pêle-mêle Johan Le Bon (Dinan), Jean-Louis Le Ny (Fybolia-Locminé), Matthew Dinham (Bridgelane), placés à moins de 30 secondes du leader au classement général, mais aussi Alan Boileau (B&B Hotels), Mathis le Berre et Yannis Voisard (Arkéa-Samsic), Marti Marquez (Kern Pharma), Jarno Mobach (Leopard), ou encore Reinders de nouveau accompagné de Jesper Schultz (Riwal). Thomas Gachignard (Dinan) s'attache à cumuler les points aux meilleurs grimpeurs tandis que Johan Le Bon gratte quelques secondes au 1er sprint intermédiaire du jour.

L'entente entre les 18 hommes de tête n'est pas toujours excellente. Les intérêts divergent et cela permet le retour à l'avant de Fretin et Slock, les deux Lotto-Soudal qui se sont fait taper sur les doigts pour avoir manqué le bon coup. Les B&B Hotels de Thibault Ferrasse laissent l'avance culminer à 5 minutes ce qui incite les autres équipes intéressées par le général à rouler en tête de peloton. Riwal, pour Nick Van Der Lijke, se met à la barre et rappelle au peloton Reinders et Schultz qui étaient à l'avant. L'écart commence à fondre comme neige au soleil à l'approche du circuit final de Boisgervilly. Les sprinteurs commencent alors à y croire. 

Les échappés sont alors repris à un tour et demi de l'arrivée, soit environ 15 kilomètres. Malgré un baroud, plutôt bien senti, de Nic Dlamini, le coureur World Tour de Qhubeka, le peloton se disputera la victoire au sprint. 

Alors que Nic Dlamini est repris sous la flamme rouge, les maillots rouges et blancs d'Androni surgissent à l'avant du peloton pour emmener leur sprinteur Marchiori. L'italien de Venise surgit alors de la roue d'Aaron Gate (BlackSpoke) qui lance le sprint de loin et le dépasse facilement pour s'imposer. Le belge Milan Fretin (Lotto) prend une nouvelle fois la 3ème place. Marchiori remporte ainsi sa première victoire à 23 ans : " Lors de la première partie de l'étape, en voyant un si gros groupe sortir, je em suis dit que ce ne serait pas possible de jouer la victoire aujourd'hui. Mais Riwal est venu rouler et l'écart s'est réduit. C'est vrai que nous n'avons pas eu beaucoup de chances hier. lorsque nous avons commencé à rouler, 2 de nos coureurs sont tombés. Un a abandonné hier et l'autre aujourd'hui. Et puis moi je me suis cassé une côte en tombant il y a 10 jours alors ce n'était pas simple. Mais dans ce sprint j'ai été assez chanceux. Je remercie vraiment mon équipe de m'avoir fait confiance."

Le classement général n'aura pas été chamboulé par cette longue étape pourtant piégeuse. Les jambes seront tout de même lourdes au départ demain avant le diptyque final de Fougères et Dinan qui s'annonce épique. Neuf coureurs se tiennent encore en 31 secondes.